Carnet de voyage (22 - 28 Août 2005)

Bamako, le 28 Août 2005

   Cette semaine, nous sommes allées visiter le musée Muso Kunda (« du côté des femmes » en bambara), qui a pour thème la femme malienne. Ce musée a été créé à l'initiative de Mme Adame Ba Konaré, épouse de l'ancien Président de la République, Alpha Oumar Konaré. Le musée a ouvert ses portes en 1998, mais le projet remonte aux années 1995-1997, pendant lesquelles s'étaient tenues deux expositions sur un thème similaire.

   Le guide nous explique que le musée veut présenter « la femme ordinaire malienne », dans sa vie de tous les jours, quelque soit son ethnie et pas les femmes célèbres du pays de l'hippopotame. A propos de ces dernières, la fondatrice du musée a écrit un livre Le dictionnaire des femmes célèbres du Mali.

   Ce que nous avons retenu de ce musée? Que la femme malienne travaille beaucoup, en tout cas bien plus que les hommes! Entre le travail aux champs et à la maison, le marché et l'éducation des enfants, elle ne semble pas avoir une seconde à elle!…Représentation de la vie de la femme malienne qui ne différe pas tellement de celle donnée par les associations avec lesquelles nous travaillons...

   Le musée donne également une petite chronologie de l'évolution des Droits des femmes maliennes :

  • 15 juin 1939 : Décret Mendel qui stipule qu'une femme ne peut plus être mariée sans son consentement.
  • 30 octobre 1946 : les femmes obtiennent le droit de vote.
  • 1951 : Décret Jacquinot qui stipule qu'une femme peut se marier malgré l'opposition de ses parents.
  • 1962 : Code du mariage et de la tutelle. Ce texte, toujours en vigueur aujourd'hui, fait de la femme une mineure, placée sous la tutelle de son mari.
  • 25 février 1992 : la nouvelle Constitution proclame sa détermination à défendre les Droits de la Femme.
  • 27 août 1992 : la femme accède à une relative indépendance financière ; elle peut désormais faire du commerce sans son époux.
  • 2005 : l'Etat malien signe le protocole additionnel à la charte des Droits de l'Homme et des Peuples, qui interdit notamment l'excision et qui se fixe pour objectif l'égalité homme/femme.