Objectifs et bilan : Projet été 2007

    En nous rendant au Burkina Faso du 17 juillet au 29 août 2007, nous avions pour objectif de remplir quatre des missions principales de Courants de Femmes : prendre contact avec les associations déjà rencontrées lors du précédent projet au Burkina Faso en 2004, rencontrer de nouvelles associations, assister à d’éventuelles activités, enfin, réaliser des formations en informatique (bureautique, blog, site internet) à celles qui en ont exprimé le besoin.

    Au cours de ces six semaines, nous avons rencontré 29 associations dans les deux plus grandes villes du pays (Ouagadougou et Bobo Dioulasso). Nous en avons formé neuf : trois au HTML, quatre au fonctionnement du blog et deux à la bureautique. Ces associations interviennent dans tous les domaines qui concernent les femmes. Beaucoup d’entre elles luttent pour la défense des droits des femmes en général. Toutefois d’autres traitent de problèmes particuliers : défense des veuves et des orphelins, lutte contre le sida, contre l’excision, ou encore pour l’accès des femmes à la culture. Parmi la dizaine de nouvelles associations rencontrées, un certain nombre appartiennent aussi au domaine de la culture, notamment le Centre Naanego ou Talents de Femmes. Les femmes burkinabé sont en effet très actives dans le domaine culturel et cherchent à faire reconnaître leurs talents, tant dans les arts du spectacle que dans les arts plastiques, où elles sont largement sous représentées.

    Nous avons particulièrement apprécié les actions menées par SOS Filles Mères, une association récente mais dynamique, par l’Organisation des Femmes Unique Soutien de Famille, par l’association de lutte contre le sida Espoir et Vie, ainsi que par l’association Doti.

    Nous avons pu assister à quelques activités d’associations. Ainsi, les responsables de l’association Espoir et Vie nous ont invitées à une réunion de leur groupe de parole pour personnes séropositives, destiné à être un lieu d’échange sur les perceptions qu’ont les intervenants et leurs proches de leur maladie. Ténin Traoré, présidente de l’association Doti, nous a elle conviées à assister à un cours d’alphabétisation pour femmes adultes qu’a mis en place son association. Participer à ces deux activités nous a permis de dialoguer avec leurs participantes, femmes analphabètes ou séropositives, mais courageuses face à ces épreuves de la vie, et de mieux nous rendre compte du travail concret que les associations féminines réalisent sur le terrain au quotidien.